1930 - Panorama de la direction furtwänglérienne
   

Retour  

 

 

Panorama de la direction furtwänglérienne

 

1930

 

 

Mendelssohn, Les Hébrides

 

par Felix Matus-Echaiz

 

 

CD SWF 042-4

 

                               Mendelssohn

                      Les Hébrides, Ouverture

              Orchestre Philharmonique de Berlin

                                        1930, Berlin

 
 
1

 Les Hébrides
1'46 - 2'32

Le deuxième thème, exposé tout d’abord aux violoncelles, est joué «a tempo» (sans tempo). Exposé ensuite aux violons, le thème trouve quelques inflexions, ce qui lui donne un caractère «d’attente». Ces deux façons de jouer ce thème, sont un bel exemple d’une primauté absolue de l’expression sur toute autre considération.

       
 
2

  Les Hébrides
5'30 - 6'25

Ce passage de la «chevauchée» est particulièrement difficile, tant il y a de subtilités musicales à faire ressortir. Furtwängler le construit en quatre phases bien marquées.

Dans la première (0'00-0'18 dans le présent extrait, 5’30’-5’48 sur l'oeuvre entière) le crescendo commence à prendre forme, chaque «percussion» des cordes apporte de la force au crescendo.

La seconde phase (0'19-0'28 dans le présent extrait, 5’49-5’58 sur l'oeuvre entière) fait entendre un brusque et significatif changement d’accentuation.

Les doubles-croches des violons dans la troisième phase (0'29-0'39 dans le présent extrait, 5’59-6’09 dans l'oeuvre entière) donnent à ce passage une effervescence qui annonce le sommet du passage.

Le sommet (0'40-0'50 dans le présent extrait, 6’10-6’20 dans l'oeuvre entière) est atteint par l’orchestre dans un véritable déchaînement rythmique, mais en quelques secondes (0'51-0'55 dans le présent extrait, 6’21-6’25 dans l'oeuvre entière’) le calme est rétabli.

       
 
3

 Les Hébrides
 7'41 - 8'09

La beauté du phrasé des clarinettes, qui font peu à peu «mourir» le thème, est à écouter et réécouter. En arrière plan les cors donnent à ce passage, avec un rythme de trois brèves et une longue, une grande gravité. La conjonction des deux instruments donne à ces mesures un caractère suspendu d’une grande signification.

  (c) 2005    

 

 

 

Le compositeur | L'homme | Le chef d'orchestre