Accueil - SWF - Nos disques - Actualité - Autres sites - Livre d'or - Membres
                             Le compositeur
   

Le compositeur | L'homme | Le chef d'orchestre

 

vers 1935

vers 1937

 


Introduction à l'oeuvre
Analyses détaillées

Catalogue des oeuvres
De la discographie

Extraits musicaux

 

 

Introduction à l'oeuvre

 

En parlant d’« humanisme tonal », Furtwängler manifeste avec force son attachement à ces « lois biologiques » qui sont « essentielles » à la musique. La dualité tension-détente, propre à la tonalité, sont pour Furtwängler plus que les fondements de la musique, elles sont dans la nature humaine...

Portrait du compositeur par Felix Mathus-Echaiz, 2004, sur le site Resmusica.com

 

"Toute ma vie je me suis considéré comme un compositeur qui dirige mais jamais comme un chef d'orchestre"...

Furtwängler compositeur, un parcours paradoxal par Bruno d'Heudières, 1994 (fichier RTF - 4 pages - 0,04 Mo)

 

 

Fiche technique de l'enregistrement de la Symphonie n°2 de Furtwängler, Hambourg 1948 (SWF 921-2)

Technical sheet of the recording of Furtwängler's Symphonie n°2, Hamburg 1948 (SWF 921-2)

 

 

Les admirateurs de Furtwängler chef d'orchestre sont souvent désarçonnés, voire perplexes lorsqu'ils passent à l'écoute de ses oeuvres. Il y a pourtant bien une relation étroite entre le chef et le compositeur...

Furtwängler, dernier compositeur romantique? par Bruno d'Heudières, 1995 (fichier DOC - 15 pages - 180 Ko)

 

L'Histoire est ingrate, qui place le chef Furtwängler parmi les plus grands, et omet le créateur. Il est vrai que Furtwängler a lui-même brouillé les cartes...

Aujourd'hui par Stéphane Topakian, 1989   (fichier PDF - 3 pages - 1,1 Mo)

Fac-similé  de la partition manuscrite du lied "Ich wandelte unter den Baümen" (fichier PDF - 1 page - 0,5 Mo)

 

Le rapport et les affinités entre sonate et symphonie étaient pour Furtwängler quasiment innés et naturels...

Furtwängler compositeur par Günter Birkner, 1989  (fichier PDF- 3 pages - 1,4 Mo)

 

« Dresser des barrières »

Friedrich Schapp, l'ingénieur du son préféré de Furtwängler et par la suite un de ses amis, raconte qu'il n'avait jamais pu entendre les oeuvres de musique de chambre de Furtwängler : « J'en ai seulement entendu parler. Il imposait des conditions draconiennes. Il ne permettait pas, par exemple, que tout un chacun puisse jouer sa Deuxième Sonate pour violon et piano. Cela dépendait toujours de son autorisation: C'est une mauvaise chose. Lorsque quelqu'un a composé une oeuvre, tout le monde doit pouvoir la jouer. L'un la joue mieux, l'autre la joue moins bien. Mais, c'est compromettre la diffusion de ses oeuvres que de dire: «Je ne donne l'autorisation de la jouer qu'à untel ou untel ». La moitié des artistes exécutants dit déjà: « Je ne la joue pas, il y a tant d'autres choses! ». Furtwängler aurait dû dire: « Personne ne l'a encore jouée aussi bien que celui-ci ! » Cela aurait un meilleur point de départ que de dresser des barrières. »

Entretiens avec Friedrich Schnapp, disponible sur le site membres. Entretiens réalisés par Gert Fischer, 1966-1979, livret figurant dans le CD SWF 921-922 "Furtwängler à Hambourg"  (fichier PDF, 40 pages, 5 Mo).

 

 

 

Sophie Moser (violon) et Katja Huhn (piano) jouent la Sonate n°2 de Furtwängler (1886-1954):

Allegro Moderato et Presto (extraits). Enregistré en public le 11 octobre 2008 au concert de la SWF

 

 

Analyses détaillées

 

Le 28 avril 1939, à l'extrême fin du concerto symphonique, Furtwängler, très nerveux comme il l'était toujours lorsqu'il exécutait l'une de ses oeuvres, quitta brusquement le podium, entendant un brouhaha dans la salle. Il était persuadé qu'il s'agissait d'une manifestation à l'encontre de sa musique... Le texte proposé ici était destiné aux auditeurs de la tournée que fit Furtwängler avec Edwin Fischer et le Philharmonique de Berlin à cette époque.

Le concerto symphonique pour piano par Willy Seibert, 1939 (fichier PDF - 6 pages - 3,8 Mo)

 

La production de Furtwängler pour piano seul est l'oeuvre d'un tout jeune compositeur... Robert Rivard, auteur de l'étude que nous vous proposons ici, a été le premier interprète des oeuvres du tout jeune Furtwängler. Depuis juin 2007, ces enregistrements sont intégralement disponibles grauitement sur le site de Robert Rivard.

Une brève étude des oeuvres pour piano seul par Robert Rivard, 1989 (fichier RTF - 2 pages - 0,1 Mo)

Scherzo en sol mineur, 1902, probablement composé à Florence

Scherzo en sol mineur, 1902,

probablement composé à Florence

 

Te Deum : le compositeur en rédigea les premières esquisses dès l'âge de 19 ans...

A propos du Te Deum par Kurt Hessenberg, 1989 (fichier PDF - 1 page - 0,6 Mo)

Partition autographe du Te Deum   Partition autographe du Te Deum

Partition autographe du Te Deum, vers 1906

 

Sonate en ré majeur pour violon et piano, où la conjugaison du thématisme tonal et de la structure devient l'une des conditions absolues de toute expression.

Sonate en ré majeur par Bruno d'Heudières (les chiffres en marge des exemples musicaux correspondent aux minutages, par mouvement, et renvoient au CD de la sonate éditée par Timpani) (fichier PDF - 6 pages - 4 Mo)

 

vers 1914

vers 1914

 

Catalogue des oeuvres

 

En attendant l'établissement du catalogue exhaustif des oeuvres de Furtwängler, un recensement des principales oeuvres peut néanmoins être proposé.

Liste des oeuvres par Bruno d'Heudières, 1994 (fichier RTF - 1 page - 0,05 Mo)

Le catalogue des compositions par Stéphane Topakian, 1989 (fichier PDF - 2 pages -  1,3 Mo)

Quelques interprètes de Furtwängler (fichier PDF - 1 page - 0,7 Mo)

 

La SWF soutient l'édition des oeuvres de Furtwängler par Ries & Erler

 

 

 

De la discographie

 

Discographie établie par Mikhail Dubov (en anglais)

Discography of the works by Wilhelm Furtwängler par Mikhail Dubov, 2012 (fichier PDF - 16 pages - 1,5 Mo)

 

Pour mémoire, état de la discographie des oeuvres de Furtwängler en 1989

De la discographie par Philippe Jacquard (fichier PDF - 2 pages - 1,2 Mo)

 

_